MARIE THERESE TSALAPATANIS

​Dès l'âge de 10 ans, la passion de Marie-Thérèse Tsalapatanis pour le dessin la conduit vers les cours des Arts Décoratifs du Louvre. Sa curiosité lui fera découvrir la peinture puis sa rencontre avec d'autres ateliers parisiens, dont celui des Beaux Arts, la mènera vers la sculpture. Partant de l'argile, du plâtre ou de la cire, l'aboutissement le plus souvent en bronze donne permanence et éclat à ses sculptures. 
Marie-Thérèse Tsalapatanis travaille dans les premiers temps d'après des modèles vivants, son œuvre va progressivement se baser sur la mémoire. Son thème favori: la figure humaine. Nus ou portraits, ses formes épurées sont empreintes de spiritualité. Matière brute, surfaces polies ou arrêtes vives, les rapports entre les volumes et l'espace puisent leur force dans la technique et l'inspiration du sculpteur dont la représentation plastique est par essence le mode d'expression. 
Nominée à l'Académie des Beaux Arts de Paris, Marie Thérèse Tsalapatanis reçoit de nombreuses distinctions, expose dans différents salons, en tant qu'invitée d'honneur, dans des sites prestigieux comme l'Institut de France, le Toit de la grande Arche à la Défense lors d'un hommage à Rodin, le Musée Chapu au Mée-sur-Seine, dans des galeries à Paris et en province. Elle réalise plusieurs sculptures monumentales, dont le célèbre Don Quichotte.
Entrer dans l'univers de Marie-Thérèse Tsalapatanis, c'est faire un retour aux sources de la sculpture : des formes muettes, sinueuses, enroulées sur elles-mêmes vous regardent de leur regard noyé, et leurs têtes dressées semblent émerger de quelque rêve intérieur à une réalité encore imprécise et angoissante. La plupart sont des nus " car le nu nous dit l'artiste, est éternel ". Il transcende la forme. Le silence s'impose. On assiste peut-être à une sorte de genèse, de naissance avant que les corps ne se déroulent pour prendre possession de l'espace.

Ses oeuvres

Retour à l'accueil